Comment déclarer mes revenus fonciers pour une location non meublée ?

Tous les ans, le bailleur à l’obligation de déclarer ses revenus fonciers provenant des locations de terrain, de logement meublé ou non, de garage, de locaux commerciaux, entrepôts, terres agricoles…

Selon le régime d’imposition choisi, la déclaration se fera sur les formulaires 2042 – 2044 ou 2044s

Les bénéfices sont soumis à l’impôt sur le revenu (entre 0 et 45 %) et aux prélèvements sociaux (17,2 %)

Le bailleur a 2 choix de déclaration pour ses revenus fonciers d’une location non meublée.

  1. Le régime micro foncier
  2. Le régime réel

1 – Le régime micro foncier

Les revenus fonciers ne doivent pas dépasser 15 000 € sur l’année précédente (déclaration 2021 sur les revenus 2020, par exemple).

Le bailleur bénéficie d’un abattement de 30 % sur les recettes.

2 – Le régime réel

Lorsque le bailleur s’engage pour ce régime, il doit s’y tenir pendant 3 ans. Puis il sera renouvelable tous les ans.

Le régime réel devient obligatoire si les revenus du bailleur dépasse les 15 000 € par an.

Il pourra et devra déduire le montant exact des charges supportées en prenant de garde de conserver les justificatifs (factures, paiements…).

Les charges déductibles sont :

  • les dépenses d’entretien
  • les dépenses d’amélioration de l’habitat
  • les primes d’assurances
  • les frais de gestion
  • les charges de copropriété
  • la taxe foncière
  • les intérêts et frais d’emprunt

Attention les frais de notaires ne sont pas déductibles !

Dans le cas d’un déficit foncier, celui-ci sera déductible des impôts. Le déficit foncier est plafonnée à 10 700 € par an, mais il est reportable sur 10 ans. Un bon outils de défiscalisation !

Si vous souhaitez connaitre les régimes de déclaration pour les location meublées, lisez notre article comment déclarer mes revenus fonciers : locations meublées.

Vous pouvez également vous rendre sur notre site d’expertise en patrimoine pour nous contacter

Comments are closed